Menu

Thérapie psychosomatique relationnelle

0 Comments

La psychothérapie en psychosomatique relationnelle se démarque de ce qui est appelé ordinairement somatisation et qui suggère souvent l’idée de la présence de causes psychiques à la base de la pathologie organique concernée. Elle ne cherche pas les causes psychiques de la maladie mais donne au corps dans sa double appartenance au psychique et au somatique une place fondamentale dans la maladie ou dans le mal-être. Son but est de permettre au malade de récupérer ses potentialités et de retrouver une unité psychosomatique.

La thérapie psychosomatique relationnelle que je propose à mes patients est utile et efficace pour soigner un grand nombre de souffrances somatiques et psychiques. Elle se démarque de ce qui est appelé ordinairement somatisation et qui suggère souvent l’idée de la présence de causes psychiques à la base de la pathologie organique concernée.

La thérapie psychosomatique relationnelle ne cherche pas les causes psychiques de la maladie mais donne au corps dans sa double appartenance au psychique et au somatique une place fondamentale dans la maladie ou dans le mal-être. Il s’agit d’une thérapie qui permet de comprendre la maladie organique sans la ramener à une somatisation. Son but est de permettre au patient de retrouver une unité psychosomatique.

Le thérapeute découvre avec le patient l’impasse qui est à l’origine de la pathologie et / ou du mal-être. Il travaille avec le patient sur les quatre dimensions essentielles de la relation : l’espace, le temps, l’affect et l’imaginaire.

 

Dans la thérapie psychosomatique relationnelle :

Il ne s’agit pas Il s’agit

De chercher des causes psychique à la base de la pathologie organique

De s’adresser à la fois au somatique et au psychique

D’écouter le patient parler librement seulement

Mais aussi de choisir des focus précis : rythme corporel, potentialité imaginative, activité onirique

 

Les indications de la psychosomatique relationnelle sont multiples, des symptômes les plus banals aux pathologies les plus graves.